Sculptures récentes

D’autres reproductions prises sous d’autres angles peuvent être vues dans l’onglet « Sculptures », rubriques « Dans un style synthétique » et « Dans un style réaliste », ainsi que dans « Dans un style organique ».

En cliquant sur chaque image, on obtient un agrandissement.

Automne 2018

Vegetalis XXXII, Four papier, 6 x 23,8 x 30,4 cm, 2018

Vegetalis XXXII,
Four papier,
67 x 23,8 x 30,4 cm, 2018

Vegetalis XXXI, Four papier, 68 x 26,5 x 22 cm, 2018

Vegetalis XXXI,
Four papier,
68 x 26,5 x 22 cm, 2018

Vegetalis XXV, Four à bois, 33,8 x 20 x 9 cm, 2018

Vegetalis XXV,
Four à bois,
33,8 x 20 x 9 cm, 2018

Vegetalis XXVII, Four à bois, 29,2 x 27 x 13 cm, 2018

Vegetalis XXVII,
Four à bois,
29,2 x 27 x 13 cm, 2018

Vegetalis XXX, Four à bois, 30 x 16,8 x 11,7 cm, 2018

Vegetalis XXX,
Four à bois,
30 x 16,8 x 11,7 cm, 2018

Vegetalis XXIII, Four à bois, 17 x 10 x 7 cm, 2018

Vegetalis XXIII,
Four à bois,
17 x 10 x 7 cm, 2018

Vegetalis XXVI, Four à bois, 38,2 x 25,3 x 19,8 cm, 2018

Vegetalis XXVI,
Four à bois,
38,2 x 25,3 x 19,8 cm, 2018

Vegetalis XXVIII, Four à bois, 30 x 10 x 10,2 cm, 2018

Vegetalis XXVIII,
Four à bois,
30 x 10 x 10,2 cm, 2018

Vegetalis XXII, Four à bois, 6,6 x 25,6 x 9,1 cm, 2018

Vegetalis XXII, Four à bois, 6,6 x 25,6 x 9,1 cm, 2018

Vegetalis XXIV, Four à bois, 25,6 x 12,7 x 12,7 cm, 2018

Vegetalis XXIV,
Four à bois,
25,6 x 12,7 x 12,7 cm, 2018

Sans titre, Four à bois, 16,8 x 8 x 8,4 cm, 2018

Sans titre,
Four à bois,
16,8 x 8 x 8,4 cm, 2018

Sans titre, Four à bois, 12 x 26 x 21,3 cm, 2018

Sans titre, Four à bois, 12 x 26 x 21,3 cm, 2018

Sans titre, Four à bois, 8 x 21,4 x 7,5 cm, 2018

Sans titre, Four à bois, 8 x 21,4 x 7,5 cm, 2018

 

Eté 2018

Vegetalis I et II dans le jardin de La Maison d'Images

Vegetalis I et II dans le jardin de
La Maison d’Images

Vegetalis I, Four à bois,83 x 26 x 31 cm, 2018

Vegetalis I,
Four papier,
83 x 26 x 31 cm, 2018

Vegetalis II, Four à bois, 82,5 x 20,5 x 23 cm, 2018

Vegetalis II,
Four papier,
82,5 x 20,5 x 23 cm, 2018

Vegetalis III, Four à bois, 64,5 x 20,5 x 24 cm, 2018

Vegetalis III,
Four papier,
64,5 x 20,5 x 24 cm, 2018

 

Vegetalis XVII, Four à bois, 92 x 25 x 26 cm, 2018

Vegetalis XVII,
Four papier,
92 x 25 x 26 cm, 2018

Vegetalis XX, Four à bois, 56,5 x 26 x 27 cm, 2018

Vegetalis XX,
Four papier,
56,5 x 26 x 27 cm, 2018

Vegetalis XVI, Four à bois, 56 x 20 x 21 cm, 2018

Vegetalis XVI,
Four papier,
56 x 20 x 21 cm, 2018

Vegetalis XIX, Four à bois, 66 x 20 x 20 cm, 2018

Vegetalis XIX,
Four papier,
66 x 20 x 20 cm, 2018

Vegetalis VII, Four à bois, 29,5 x 15,5 x 13,5 cm, 2018

Vegetalis VII,
Four à bois,
29,5 x 15,5 x 13,5 cm, 2018

Vegetalis XIII, Four à bois, 57 x 23 x 21 cm, 2018

Vegetalis XIII,
Four papier,
57 x 23 x 21 cm, 2018

Vegetalis XII, Four à bois, 70 x 26 x 23 cm, 2018

Vegetalis XII,
Four papier,
70 x 26 x 23 cm, 2018

Vegetalis XIV, Four à bois, 26 x 10,5 x 11 cm, 2018

Vegetalis XIV,
Four papier,
26 x 10,5 x 11 cm, 2018

Vegetalis XXI, Four à bois, 14,5 x 49 x 16,5 cm, 2018

Vegetalis XXI, Four papier, 14,5 x 49 x 16,5 cm, 2018

 

Masculin Féminin (Vegetalis XI), Four à bois, 29 x 15 x 14 cm, 2018

Masculin Féminin (Vegetalis XI),
Four à bois,
29 x 15 x 14 cm, 2018

Colonnne (Vegetalis X), Four à bois, 44 x 10,5 x 10,5 cm, 2018

Vegetalis X,
Four à bois,
44 x 10,5 x 10,5 cm, 2018

Bourgeon en duo (Vegetalis IX), Four à bois, 24 x 11 x 11cm, 2018

Vegetalis IX,
Four à bois,
24 x 11 x 11 cm, 2018

Vegetalis VI, Four à bois, 17 x 8,5 x 9 cm, 2018

Vegetalis VI,
Four à bois,
17 x 8,5 x 9 cm, 2018

Vegetalis VIII, Four à bois, 32 x 12 x 12 cm, 2018

Vegetalis VIII,
Four à bois,
32 x 12 x 12 cm, 2018

Vegetalis V, Four à bois, 23,5 x 19 x 18 cm, 2018

Vegetalis V, Four à bois, 23,5 x 19 x 18 cm, 2018

 

Portrait imaginaire, Four à bois, 32 x 39 x 34 cm, 2018

Portrait imaginaire,
Four à bois,
32 x 39 x 34 cm, 2018

 

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges), Four à bois, 49 x 29 x 28 cm, 2018

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges),
Four à bois,
49 x 29 x 28 cm, 2018

L’artiste en particulier ose affronter les questions fondamentales de l’existence. Peut-être que l’essence même de l’art consiste dans la transmission d’une peur existentielle, dans la propagation même du doute.
José Strée, le 7 juin 2018

Femme aux boucles d'oreilles (série des porteurs de sièges), Four à bois, 37 x 17,5 x 25 cm, 2018

Femme aux boucles d’oreilles (série des porteurs de sièges),
Four à bois,
37 x 17,5 x 25 cm, 2018

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges), Four à bois, 36 x 25 x 22 cm, 2018

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges),
Four à bois,
36 x 25 x 22 cm, 2018

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges), Four à bois, 36 x 26 x 25 cm, 2018

Portrait imaginaire (série des porteurs de sièges),
Four à bois,
36 x 26 x 25 cm, 2018

Sont insincères les écrits faits pour étonner, et aussi ceux — notez bien, ceci est important — ceux qui ne reposent sur aucune idée métaphysique fondamentale, c’est-à-dire ceux où ne passe pas — ne serait-ce que comme un souffle — une notion de la gravité et du mystère de la vie.
F. Pessoa, Lettre à A. Cortes Rodrigues (1915)

Sans titre (série des porteurs de sièges), Four à bois, 14,4 x 11,3 x 16 cm, 2018

Sans titre
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
14,4 x 11,3 x 16 cm, 2018

Dame d'Elche (série des porteurs de sièges), Four à bois, 28,5 x 29,5 x 19 cm, 2018

Dame d’Elche
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
28,5 x 29,5 x 19 cm, 2018

Femme à la chevelure rousse (série des porteurs de sièges), Four à bois, 25 x 17 x 23 cm, 2018

Femme à la chevelure rousse
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
25 x 17 x 23 cm, 2018

Naïade (série des porteurs de sièges), Four à bois, 49 x 33 x 24 cm, 2018

Naïade
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
49 x 33 x 24 cm, 2018

Aveugle souriant II (série des porteurs de sièges), Four à bois, 43 x 25 x 20 cm, 2018

Aveugle souriant II
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
43 x 25 x 20 cm, 2018

L'extasié (série des porteurs de sièges), Four à bois, 31 x 24 x 25,5 cm, 2018

L’extasié
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
31 x 24 x 25,5 cm, 2018

Sans titre (série des porteurs de sièges), Four à bois, 29,5 x 25 x 40 cm, 2018

Sans titre
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
29,5 x 25 x 40 cm, 2018

Femme écoutant (série des porteurs de sièges), Four à bois, 52 x 32 x 22 cm, 2018

Femme écoutant
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
52 x 32 x 22 cm, 2018

Femme à la robe noire (série des porteurs de sièges), Four à bois, 39 x 23 x 17,5 cm, 2018

Femme à la robe noire
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
39 x 23 x 17,5 cm, 2018

« Je ne sculpte pas pour laisser ma trace, mais pour donner de l’épaisseur au temps que j’ai à vivre.  »
José Strée, Journal, 2018

 

Aveugle souriant I (série des porteurs de sièges), Four à bois, 44 x 26 x 23,5 cm, 2018

Aveugle souriant I
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
44 x 26 x 23,5 cm, 2018

Homme chantant (série des porteurs de sièges), Four à bois, 37 x 24 x 33 cm, 2018

Homme chantant
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
37 x 24 x 33 cm, 2018

Habituellement ceux qui évoluent dans l’espoir ou le regret font de leur vie un vaste champ d’utopie ou un calvaire, ils oublient l’essentiel, à savoir qu’il n’existe que succession d’instants bruts et triomphants.
Michel Onfray, La Sagesse tragique (du bon usage de Nietzsche), p. 123

Le siège de la conscience I, Four à bois, 50 x 20 x 28 cm, 2017

Le siège de la conscience I,
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
50 x 20 x 28 cm, 2017

Qu’est-ce que l’idéal, sinon l’aveu que la vie ne rime à rien ? Qu’est-ce que l’art, sinon la négation de la vie ? Une statue, c’est un corps mort, sculpté pour fixer la mort dans une matière incorruptible.
Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité, p. 198.

 

Siège de la conscience II, Four à bois, 33,5 x 19 x 20,5 cm, 2017

Siège de la conscience II,
(série des porteurs de sièges),
Four à bois,
33,5 x 19 x 20,5 cm, 2017

À mi-chemin entre la foi et la critique se trouve l’auberge de la raison. La raison, c’est la foi dans les choses qu’on peut comprendre sans foi ; mais c’est encore une forme de foi, parce que comprendre part du présupposé qu’il existe quelque chose de compréhensible.
Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité, p. 197.

2017

Tête rousse, Four à bois, 34 x 23 x 23 cm, 2017

Défiguration,
Four à bois,
34 x 23 x 23 cm, 2017

La seule tragédie, c’est de ne pouvoir se concevoir soi-même comme tragique. J’ai toujours vu clairement ma coexistence avec le monde. Je n’ai jamais ressenti clairement mon besoin de coexister avec lui ; c’est en quoi je n’ai jamais été un être normal.
Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité, p. 136.

Buste aux astres I, Four à bois, 56 x 36 x 24 cm, 2017

Buste aux astres I,
Four à bois,
56 x 36 x 24 cm, 2017

 

Buste aux astres II, Four à bois, 40 x 30 x 18 cm, 2017

Buste aux astres II,
Four à bois,
40 x 30 x 18 cm, 2017

Dans l’effroi — mégalomanie à rebours —, nous devenons le centre d’un tourbillon universel, tandis que les astres pirouettent autour de nous.
Cioran, Syllogismes de l’amertume

 

2016

Salle des stylites

Salle des stylites à Ferrières

 

Stylite XIV, Four papier, 61 x 28 x 19 cm, 2016

Stylite XIV,
Four papier,
61 x 28 x 19 cm, 2016

« Que ceux qui détiennent la vérité la relâchent. »
Amin Maalouf, Léon l’Africain, p. 319.

Stylite aux quatre chimères

Stylite aux quatre chimères
Terre cuite au four à bois,
47 x 15 x 16 cm, 2016

Dans ces moments où je comprendrais même les ascètes et les solitaires — si j’étais capable de comprendre des gens qui emploient tous leurs efforts à des entreprises marquées au coin de l’absolu, ou dont les croyances peuvent inciter à de tels efforts —, je créerais, si je le pouvais, toute une esthétique de la désolation, une rythmique intime de berceuse pour enfants, modulée, par les tendresses de la nuit, en regrets d’autres foyers, infiniment éloignés.
Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité, p. 223.

 

Stylite accroupi

Stylite accroupi
Terre cuite au four à bois,
53 x 14 x 18 cm, 2016

Ne tirent les dernières conséquences que ceux qui vivent hors de l’art. Le suicide, la sainteté, le vice — autant de formes du manque de talent.
Cioran, Précis de décomposition, Gallimard 1949, p. 77.

Stylite couché luttant contre le sommeil

Stylite couché luttant contre le sommeil
Terre cuite au four à bois,
36 x 19 x 18 cm, 2016

 

Stylite à genoux

Stylite à genoux
Terre cuite au four à bois,
41 x 23 x 19 cm, 2016

Tout isolés qu’ils paraissent, les stylites agissent en vivant comme ils font. En stationnant sur des colonnes, sans jamais en descendre, ils projettent un sens — c’est inévitable, on ne peut vivre sans projeter un sens —, et c’est regrettable, car le sens projeté amorce des conséquences qui modifient la vie d’autrui, laissant croire que la vie a un sens, entraînant des croyances et des convictions en tous genres qui toutes se valent dans l’égarement.
José Strée, Journal, août 2016.

Difformité transcendante

Difformité transcendante
Terre cuite au four à bois,
29 x 13 x 16 cm, 2016.

Stylite assis luttant contre le sommeil

Stylite assis luttant contre le sommeil
Terre cuite au four à bois,
37 x 20 x 20 cm, 2016

En voulant faire l’ange, la morale ascétique fabrique la bête.
Michel Onfray, L’archipel des comètes, Grasset, p. 232

« Vivre seul signifie ne plus rien solliciter, ne plus rien espérer de la vie. La mort est la seule surprise de la solitude. Les grands solitaires ne se retirèrent jamais pour se préparer à la vie, mais, au contraire, pour attendre, résignés, le dénouement. On ne saurait ramener, des déserts et des grottes, un message pour la vie. Ne condamne-t-elle pas, en effet, toutes les religions qui ont trouvé là leur source ? N’y a-t-il point, dans les illuminations et les transfigurations des grands solitaires, une vision de la fin et de l’effondrement, opposée à toute idée d’auréole et d’éclat ? »
Émil Cioran, Sur les cimes du désespoir
Titre original : Pe culmile disperari. Publié à Bucarest en 1934.
Éditions de l’Herne, 1990, p. 37

 

2015

Salle des Chimères

Salle des chimères à La Maison d’Images. Installation par Daniel Dutrieux

 

Chimère XII

Chimère XII
Terre cuite au four à bois,
27,8 x 37,2 x 23 cm, 2015

 

Envoyé VIII

Chimère VIII
Terre cuite au four à bois,
27,3 x 33,3 x 22 cm, 2015

 

Envoyé X

Chimère X
Terre cuite au four à bois,
31 x 37 x 23 cm, 2015

 

Envoyé XI

Chimère XI
Terre cuite au four à bois,
25,5 x 35 x 21 cm, 2015

 

Envoyé XII

Chimère XII
Terre cuite au four à bois,
31,5 x 34 x 22,5 cm, 2015

 

Ma série des oiseaux noirs a débuté en 2013. J’ai tout d’abord réalisé un oiseau à l’apparence pour moitié humaine, et pour autre moitié oiseau, à partir — chose rare chez moi — d’un dessin à la mine grasse. Il supporte deux fines barrières, maintenues sur ses ailes à l’aide d’une corde. Son apparence sous certains angles si proche d’une attitude humaine me l’a immédiatement rendu sympathique, à vrai dire… terrifiante, mais sollicitant incessamment mon attention. Ses pattes étaient lourdes, ses serres devenaient des doigts, ses pattes des pieds d’humains comme agglutinés sur un chemin. On sent l’effort qu’il produit pour avancer. Une pénibilité évidente s’en dégage, mais on dirait que cette peine est consentie, qu’elle a une raison d’être.
Le choix de la terre et la cuisson au four à bois ont rendu son aspect noir, renforçant encore cette impression. Le choix de cette terre était intentionnel, j’avais envie de poursuivre dans cette voie sombre, comme je l’avais déjà expérimentée avec « Âme attachée II », « Gisante noire », et « Gémellité ».
Il m’est vite venu à l’esprit que cette posture attendait une suite, que d’autres sculptures d’oiseaux devaient l’accompagner. À plusieurs, ils pourraient apparaître comme une colonie d’êtres hybrides chargés de débarrasser de la terre ce qui entrave la vie des hommes. Barrières, grilles de prison, fragments de murs, palissades, armes, drapeaux, signes religieux, argent, drogues, privilèges… pourraient être ainsi représentés sur les ailes le plus souvent ramassées derrière le dos de ces êtres chimériques.
Telles ont été mes premières réflexions, qui n’ont pas changé durant les quelques mois qui ont séparé la création de toutes ces figures. Je ne sais combien j’en réaliserai, mais pour la première fois de ma vie, l’envie de poursuivre une série s’est faite évidence, une sculpture en appelant une autre, s’imposant à moi comme une nécessité.
José Strée

Stylite assis

Stylite assis
Terre cuite au four à bois,
45,3 x 14 x 16 cm, 2015

Nous avons vu la colonne de Siméon le Stylite, ce rocher érodé dans sa grande basilique rose, saint Siméon homme d’étoiles, que les astres découvraient nu, les soirs d’été, sur son pilier immense, au creux des vallons syriens…
Mathias Enard, Boussole, roman, Actes Sud 2015, p. 364

Stylite couchée

Stylite couchée
Terre cuite au four à bois,
45 x 19,5 x 16 cm, 2015

 

En ce mois de février je termine un xième stylite. C’est un vieil anachorète quasi nu qui semble ruminer de vieilles convictions. Cette notion de croyance est au coeur de ma réflexion. Comme les dénigrent Émil Cioran, Oscar Wilde, Michel Onfray et d’autres écrivains que j’apprécie, je me moque un peu aussi des certitudes avec cette série de stylites qui renvoie à ces ermites qui ont fait le choix de vivre dans l’inconfort, la mendicité, à mi-chemin (pensent-ils?) entre Dieu et le monde séculier. Ce choix extrême de vivre par tous les temps sur un inconfortable piédestal, de n’en descendre sous aucun prétexte, jusqu’à ce que mort s’ensuive, cela tient tout à la fois de la foi et de la folie. Cette posture inspire du respect, de l’admiration et tout aussi bien la réfutation, la détestation. Que penser du fait de se reclure comme ces ermites qui jadis en s’isolant sacrifiaient leur vie, convaincus qu’ils étaient de l’offrir à Dieu? Que penser de ces extrémistes qui, de nos jours, choisissent de quitter dans la douleur, pour eux-mêmes, mais aussi, hélas pour autrui — le monde des vivants ? Si ces rares stylites des premiers siècles de notre ère offraient dans les vallons syriens leurs prières et leurs conseils spirituels en échange de nourriture et de boisson, qu’offrent aujourd’hui ces fous de Dieu en se faisant exploser au milieu des foules ? Ces esprits conquis totalement par des idéologies, par des certitudes, n’ayant plus pour autre désir de concrétisation que d’accélérer la fin de l’existence, cette vie, ce cadeau essentiel fait à chaque individu par le plus fabuleux mystère qui soit—, ces esprits, disais-je, ne sont-ils le symbole même de l’homme sur terre, incapable de libre arbitre, incapable d’ajouter à ses acquis le fruit des découvertes de ses semblables, préférant s’en tenir au « révélé », s’y dissoudre plutôt que d’en bien jouir ? Être bercé par la certitude, n’est-ce pas mourir ? Douter, n’est-ce pas vivre ?
José Strée, le 20 février 2016

Un pied est un pont

Un pied est un pont
Terre cuite au four à bois,
40 x 14 x 14 cm, 2015

 

Stylite V

Stylite V
Terre cuite au four à bois,
40 x 21 x 16 cm, 2015

« Il m’arrive d’éprouver une sorte de stupeur à l’idée qu’il ait pu exister des « fous de Dieu », qui lui ont tout sacrifié, à commencer par leur raison. Souvent il me semble entrevoir comment on peut se détruire pour lui dans un élan morbide, dans une désagrégation de l’âme et du corps. D’où l’aspiration immatérielle à la mort. »
E. M. Cioran (1937),
in Des larmes et des saints, Éditions de l’Hernes, texte traduit du roumain par S. Stolojan, p. 88.

 

Enfant endeuillée

Enfant endeuillée
Terre cuite au four à bois,
13,2 x 20 x 14,6 cm, 2015

Duo en deuil

Duo en deuil
Terre cuite au four à bois,
23 x 73 x 16 cm, 2015

 

Repli

Repli
Terre cuite au four à bois,
19 x 20 x 28,5 cm, 2015

 

Tête vase

Tête vase
Terre cuite au four à bois,
19,5 x 19,5 x 24,5 cm, 2015

 

Adolescent

Adolescent
Terre cuite au four papier,
60 x 30 x 34 cm, 2015

 

Adolescente

Adolescente
Terre cuite au four papier,
58 x 28 x 26 cm, 2015

Le couple d’adolescents réalisé en avril 2015 a trouvé son inspiration au musée de la villa Giulia à Rome, face à un vase évoquant le corps d’un éphèbe datant d’une période située entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. L’éphèbe était dans la société grecque un garçon ayant quitté l’autorité des femmes, il m’a plu de lui restituer son alter ego féminin.
José Strée